Ambassade du Congo en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ambassade du Congo en France
Drapeau de la république du Congo
République du Congo
Vue de la mission diplomatique

Lieu 37 bis rue Paul-Valéry
Paris 75016
Coordonnées 48° 52′ 18″ nord, 2° 17′ 17″ est
Ambassadeur Rodolphe Adada
Nomination
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Ambassade du Congo en France
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Ambassade du Congo en France

Voir aussi : Ambassade de France au Congo

L'ambassade du Congo en France est la représentation diplomatique de la République du Congo en République française. Elle est située à Paris et son ambassadeur est, depuis , Rodolphe Adada.

Ambassade[modifier | modifier le code]

Un bâtiment de la rue des Belles-Feuilles abritait autrefois l'ambassade congolaise, partageant les locaux avec l'ambassade du Bénin et l'ambassade du Cameroun.

L'ambassade est située 37 bis rue Paul-Valéry dans le 16e arrondissement de Paris.

Consulats[modifier | modifier le code]

Le Congo dispose également de trois consulats honoraires situés à Bordeaux, Lyon et Marseille[1].

Bâtiments[modifier | modifier le code]

L'ambassade du Congo en France était initialement située au 57 bis rue Scheffer dans le 16e arrondissement de Paris. Le , la République du Congo a acquis cet hôtel particulier dont elle est toujours propriétaire et qui abrite actuellement l'office de gestion des étudiants et stagiaires congolais (OGES)[2].

L'ambassade du Congo en France est désormais située au 37 bis rue Paul-Valéry dans le 16e arrondissement de Paris.

La République du Congo est également propriétaire de ce majestueux hôtel particulier d'angle élevé entre 1901 et 1904 par Jacques Hermant, architecte en chef de la Ville de Paris et du Gouvernement.

Cette bâtisse a initialement été occupée par son commanditaire Georges Rouliot (1861-1917), industriel et président de la Chambre des mines d'Afrique du Sud[3].

L'édifice est un joyau architectural en raison notamment de son portail monumental en pierre sur la rue Paul Valéry, de ses importants décor de refends et de courses, de ses fenêtres du premier étage en plein cintre et ornées de clefs avec leurs appuis à balustres en pierre[4].

Germaine Rouliot, l'épouse de Georges Rouliot, décrit les lieux ainsi : "L’hôtel que je vais habiter et qui sera bientôt terminé est situé 37 bis rue Villejust (devenue 37 bis rue Paul Valéry) et donne avenue du bois (devenue avenue Foch). C’est une pure merveille pour laquelle les architectes Hermant et Bouvard ont mis leur savoir. Les salons sont style Régence ainsi que le hall, et le tout est un véritable bijou; jusqu’aux ferrures des portes et des fenêtres qui sont des objets d’arts"[5].

En 1922, l'hôtel Rouliot est la résidence de l'abbé Louis-Eugène Lavaquery, docteur ès-lettres et lauréat du Grand prix Gobert[6].

De 1930 à 1954, l'hôtel Rouliot héberge l'ambassade de l'Irlande[7],[8].

De 1955 à 1966, l'hôtel Rouliot est le siège du secrétariat général d'Interpol[9].

Au début des années 1980, la République du Congo se porte acquéreur des lieux.

En 2011, la République du Congo y réalise des travaux de restauration sous la direction de l'architecte Olivier Thin.

Le , à 1h du matin, une attaque à la voiture-bélier endommage fortement le portail monumental en pierre sur la rue Paul Valéry, et déclenche un début d'incendie au sein de l'hôtel particulier[10].

La paierie de l'ambassade se trouve 20 rue Octave-Feuillet, également dans le 16e arrondissement.

Ambassadeurs du Congo en France[modifier | modifier le code]

Depuis le , l'ambassadeur du Congo en France était Henri Lopes[11]. Ce dernier annonça en son intention de prendre sa retraite[12], et fut remplacé par Rodolphe Adada le [13].

Date de remise des

lettres de créance

Ambassadeur
[14] Philippe Bikoumou
Nicolas Mondjo
Jonas Mouanza
Édouard Ebouka-Babackas
André Mandi
Apollinaire Bazinga
Auxence Ickonga
Pierre-Félicien Nkoua
Alexandre Denguet Attiki
Jean-Pierre Nonault
Jean-Marie Ewengue
Alphonse Niangoula
Pierre-Michel Nguimbi
Henri Lopes
Rodolphe Adada

[15],[16],[17],[18],[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maison des Français de l'étranger, « Ambassades et consulats étrangers en France - Congo », sur http://www.mfe.org (consulté le 26 janvier 2014)
  2. « OGES » (consulté le 14 avril 2017)
  3. Marquis de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris 16è, Librairie Hachette, , p. 10
  4. « Protections patrimoniales Paris 16e arrondissement » (consulté le 14 avril 2017)
  5. « Marcellin - Pebernad de Langautier », lettre du 29 février 1904 de germaine rouliot (consulté le 14 avril 2017)
  6. « Echos et informations / Revue d'histoire de l'Eglise de France / Volume 8 / N°39 / Page 277 », (consulté le 14 avril 2017)
  7. (en) « The Embassy's History » (consulté le 14 avril 2017)
  8. (en) « The boys from de Legation » (consulté le 14 avril 2017)
  9. Pierre Bellemare, Les dossiers d'Interpol, tome 1, (ISBN 978-2-846-12407-2, lire en ligne)
  10. « Attaque à la voiture-bélier à l'ambassade du Congo-Brazzaville à Paris », sur RFI, (consulté le 27 mai 2017)
  11. Légifrance, « Remise de lettres de créance », sur http://www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 26 janvier 2014)
  12. « Congo-Brazzaville : Henri Lopes quitte son poste d’ambassadeur en France », sur jeuneafrique.com,
  13. Trésor Kibangula, « Rodolphe Adada, nouvel ambassadeur du Congo-Brazzaville en France », sur jeuneafrique.com,
  14. « Archives de la Présidence De Gaulle, page 53 », première édition électronique 2016 (consulté le 14 avril 2017)
  15. « France diplomatie » (consulté le 14 avril 2017)
  16. « OGES Les différents ambassadeurs du Congo en France » (consulté le 14 avril 2017)
  17. « Journal Officiel de la République Française », (consulté le 14 avril 2017)
  18. « Archives de la Présidence Pompidou, page 40 », première édition électronique 2016 (consulté le 14 avril 2017)
  19. « Archives de la Présidence De Gaulle, page 144 », première édition électronique 2016 (consulté le 14 avril 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :